Home NEWS BMW série 1, le changement c’est maintenant… hélas

BMW série 1, le changement c’est maintenant… hélas

0

Si vous êtes un grand fan de la marque allemande, attention, ce contenu pourrait être offensant.

Pour la BMW série 1, le temps du changement est arrivé. Malheureusement pour les puristes, ce dernier se fait au détriment du mode de propulsion habituel. En effet, la nouvelle venue poursuit le virage de la traction avant entamé par le constructeur avec la série 2. Un monde s’écroule donc… ou peut-être pas.

Cela dit, avant de se plaindre, nous avons encore un peu de temps puisque la série 1 prochaine génération débute sa commercialisation au salon de Francfort, le 28 septembre 2019. Ouf, on a de la marge pour nous dire que la propulsion c’est fini, le moteur transversal également et aux oubliettes le 6 cylindres.

En réalité, BMW mise sur l’esthétisme et sur l’habitabilité pour sa compacte qui affronte du monde dans son segment. Nous pouvons comprendre, mais tout de même.

 

Plumage ou ramage, il faut choisir

De part sa face avant, elle se rapproche de sa grande sœur X2. Les larges ouïes et le pare-choc béant donnent l’impression de nous avaler littéralement. Les feux avant apportent une touche de dynamisme qui se confirme par les lignes tendues latéralement. Par ailleurs, son capot plongeant semble proche de celui de la série 2. Autre fait notable, la BMW série 1 n’est disponible que dans la version 5 portes. Le choix du constructeur se dessine clairement, il préfère se concentrer sur l’espace intérieur. Si l’auto est plus courte, elle devient plus large et plus haute. Choisir de positionner le moteur transversalement autorise de raccourcir la série 1 sans empiéter sur l’habitacle. Autre bonne nouvelle, la masse s’allège… En entrée de gamme, sans option, ni tralala, on descend sous les 1300 kilos.

Lignes tendues et feux arrière plus fins
Lignes tendues et feux arrière plus fins

Mécaniquement, la nouvelle BMW Série 1 offre un choix de moteurs à trois et quatre cylindres de dernière génération BMW EfficientDynamics. Concrètement, trois moteurs diesel et deux moteurs à essence sont disponibles, passant des 116 ch de la BMW 116d (3 cylindres 1,5 litre) à 306 ch dans la BMW M135i xDrive. Le moteur 2 litres équipant le sommet de la gamme est le quatre cylindres le plus puissant du groupe BMW. Comme vous l’avez compris, la M135i xDrive s’équipe de 4 roues motrices. Les performances sont bien là : 0 à 100 km / h en seulement 4,8 secondes par exemple et 250 km/heure en vitesse maximale limitée électroniquement.

BMW série 1, le choix est dans la transmission

Puisque nous venons de voir la première salve de motorisation du lancement, attardons-nous sur la transmission. Et là, il faut suivre. Nous l’avons vu, la BMW est disponible en version intégrale pour la M135i xDrive et également pour la 120d xDrive. Tout d’abord, une bonne chose, la M135i xDrive bénéficie d’un différentiel mécanique à glissement limité Torsen. Sans prendre de risque, il est raisonnable de penser que ça devrait bien se passer pour le train avant, même avec les jantes optionnelles en 19 pouces. Quand on voit ce que la concurrence produit, on imagine mal BMW faire pire.

Plus précisément, les BMW 116d, BMW 118d et BMW 118i sont équipées de série d’une boîte de vitesses manuelle à six rapports. En option, la transmission Steptronic à sept rapports est en option pour la BMW 116d et BMW 118i. La boîte de vitesses Steptronic à huit vitesses – disponible en option pour la BMW 118d et de série sur la BMW 120d xDrive – et la boîte de vitesses Steptronic Sport à huit vitesses de la BMW M135i xDrive ont connu des améliorations sur le plan de la douceur des changements. Petit plus, la connectivité intelligente permet aux deux transmissions automatiques d’adapter leur stratégie de changement de vitesse à l’itinéraire et à la situation du trafic. C’est beau le progrès.

Mais il ne s’arrête pas là.

 

Connectivité et assistance

À l’heure du tout connecté, le téléphone portable a pris une place majeur dans nos vies. Et ici, il vous ouvre des portes… enfin celles de la BMW. Disponible en option, la clé numérique BMW permet aux utilisateurs de verrouiller et de déverrouiller le véhicule depuis un smartphone à l’aide de la technologie de communication en champ proche (NFC). Pour entrer dans le véhicule, il suffit de maintenir le smartphone contre la poignée de la porte, même si la batterie du téléphone est morte. Le moteur démarre dès que le mobile est placé dans le logement prévu ou sur le plateau de chargement sans fil. De même, le conducteur peut partager la clé numérique BMW avec cinq autres personnes au maximum.

À cela, on ajoute le tableau de bord numérique, le GPS connecté, les commandes gestuelles, l’assistant personnel à commande vocale. Au total, on se retrouve avec une voiture presque  aussi intelligente que nous-même.

Que dire de plus… pas grande chose en réalité. Désormais, nous attendons sa mise sur le marché afin d’apprécier ses qualités dynamiques… mais n’espérons plus faire de longues et belles glissades dans une fumée de caoutchouc brûlé. Ça c’était avant.

 

Nouvelle BMW série 1 en photos :

crédit photos et vidéo : BMW

Inscription à la Newsletter

Motion-Car, le média auto de Lille et des Hauts-de-France

Adresse e-mail non valide
Désinscription à tout moment

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE