Home A LA UNE La SECMA F16 Turbo, ma préférence à moi !
La SECMA F16 Turbo, ma préférence à moi !

La SECMA F16 Turbo, ma préférence à moi !

0

Il pleut souvent dans le Nord… et c’était exactement la météo que nous ne voulions pas pour un tour du circuit de Croix-en-Ternois.

Malgré tout, le rapide (trop à mon goût) galop d’essai sur ce tracé confirme tout le bien que je pense de la F16 Turbo. Elle tourne autour de grosses autos bien plus prestigieuses… une 996 GT3 phase 2 par exemple. Il faut dire que sa masse de 657 kilos à vide est un atout que très peu de voiture propose. Et pour en trouver sur le marché une qui offrirait un rapport poids/puissance de 3,2 kg/chevaux, il faut regarder du côté des grosses puissances, plus de 250 chevaux au minimum… sans parler du prix.

 

En piste ou comment ridiculiser une très onéreuse sportive


Au fil des tours, le freinage reste constant, pas de méchante surprise en bout de ligne droite qui vous mènerait directement dans un large bac à sable et à vos joies d’enfants jouant à faire des châteaux de ce même sable.

La réaccélération sur le mouillé nécessite un léger dosage car 205 chevaux ça glisse ! Cependant, pas de piège particulier, cette auto est très bienveillante avec son pilote. Un châssis efficace, des freins, de la puissance et un poids plume, que demander de plus pour les week-ends sportifs. Ah si ! Des frais de consommables réduits et là, je dis Bingo ! La F16 Turbo fait carton plein.

« Demandez un peu autour de vous à combien revient un week-end circuit en Porsche pour rigoler… et en Ferrari pour pleurer… »

Après quelques envolées euphoriques (verbales et stylistiques), je me décide de revenir à notre point de départ à allure raisonnable. Dans le flot du trafic, il est tout à fait possible de converser sans s’égosiller. Vera m’avoue sa grande surprise, les capacités de la petite française l’ont bluffé. Nous nous attardons plus longuement sur la finition qui ne souffre que de peu de reproches. Bien sûr, elle a les quelques défauts d’un travail artisanal, mais c’est aussi tout son charme.

De plus, savoir que les dirigeants connaissent pratiquement le nom de chaque client nous fait penser au service premium des grandes marques sportives. C’est tout à l’honneur des dirigeants, Messieurs Renard père et fils, des professionnels de l’automobile et plus encore, de réels passionnés. D’ailleurs, le style voulu par ces passionnés est un mélange de modernité et du glorieux passé des roadsters anglais. Par exemple, de la face avant j’en retiens des faux airs de Marcos, un artisan de l’automobile qui opère de l’autre côté de la Manche. Le gros avantage de SECMA c’est qu’ici tout le monde est à l’écoute du client à la recherche constante de l’amélioration. Contre vents et marées, la famille Renard (regardez bien le logo) se bat (ou plutôt ruse) pour faire front plus sûrement à une réglementation délirante qu’à une concurrence acharnée. Car au tarif de 31 250 euros, il n’y a plus grande concurrence. Soyons objectifs et chauvins ! Après tout, nous n’en avons plus beaucoup des industriels de l’automobile dans notre pays.

Une fois le F16 Turbo arrêté, nous en sortons indemnes, enfin pas totalement puisque Vera est aphone et moi le chagrin m’envahit. Je ne peux me résoudre à en rendre les clés. Grâce à Milo, nous prolongeons notre plaisir. Il se met dans des états pas possibles afin de prendre le plus beau cliché sous le meilleur angle.

Une photo vertigineuse pour une auto qui fait tourner la tête.

 

Il doit y avoir erreur sur le tarif


Il s’affaire donc tandis que nous nous attardons sur le véhicule d’essai.

La teinte dans la masse donne de la profondeur à la couleur. La touche de rouge ici et là est bienvenue et son intérieur fait de cuir et de plastique ne choque absolument pas. Les sièges et le volant en cuir sont surpiqués. Ces surpiqûres dans le même coloris que la carrosserie donne une belle impression de qualité. Rappelons que nous sommes dans une auto d’à peine plus de 31 000 euros (précision du comptable, 31 250 euros en tarif de base). Un prix contenu à l’instar des dimensions de l’auto. Dans ce domaine, le cabriolet SECMA F16 Turbo se distingue de nouveau puisqu’il parvient à être mon long qu’une Renault Twingo et surtout moins long, moins large et moins haut qu’une Alpine A110 nouvelle génération. Avec 3,18 mètres de long, 1,74 de large et 1,17 de haut, il se faufilerait partout de façon presque inaperçue s’il n’avait pas son physique (particulier) et n’était pas rouge !

Cependant, ne rêvons pas trop sur le côté discret de l’auto. Assurément, elle ne l’est pas, cela se constate très vite aux nombreuses personnes qui tournent la tête à son passage. Elles doivent à peu près être aussi nombreuses que celles qui porteraient leurs regards sur une supercar avec une interrogation bien supérieure…

« Qu’est-ce donc que cet Objet Roulant Non identifié (ORNI) ? »

SECMA prouve que construire un véhicule sportif, efficace et à un tarif raisonnable c’est possible.

La SECMA F16 Turbo est bien ça, un ORNI. Elle concentre tout ce que la voiture plaisir doit être : légèreté, vivacité, puissance, efficacité. À la liste, nous pouvons ajouter un rapport prix/performance imbattable. La preuve, notre véhicule d’essai totalement optionné ne vaut guère plus de 35 580 euros (sans compter le plein d’essence de 26 litres à 1,38 euros, faites le calcul) ! Et à ce prix, vous avez tout l’équipement déjà évoqué tel que le volant cuir, les portes en élytre, la sellerie en cuir, l’accoudoir, une housse et un kit gros freins.

« Alors que demander de plus si ce n’est un bon de commande. »

Malgré la forte demande (à l’échelle du produit bien entendu), les délais annoncés sont plus que raisonnables. C’est à croire qu’ils font exprès chez SECMA de ne rien faire comme tout le monde. Ainsi, en moins de deux mois, votre auto est assemblée et n’attend plus que vous. Cela, je vous le rappelle, en partant de rien mis à part un ensemble moteur-boîte livré par PSA.

En conclusion, nous quittons l’usine dans un silence de mort. Nous la regrettons déjà à peine le panneau de la sortie d’Aniche passé. Cette F16 Turbo est chaleureuse et bien vivante. Nous n’avons pas rêvé et si seulement nous pouvions la mettre dans notre garage, nous l’aurions fait avec plaisir. Le souci c’est qu’après la prise en main de cette auto, il peut-être difficile de trouver plus plaisant. Or, la famille Renard et l’ensemble du personnel ne semble pas se reposer et il faudrait veiller sur ce constructeur qui peut être capable de nous surprendre à l’avenir.

Vera, Milo et moi tenons à remercier très vivement SECMA, M. Houdart pour sa disponibilité et Messieurs Renard père et fils pour réveiller la passion automobile en France, dans le Nord de surcroît.

Un grand merci à SECMA pour la qualité de l’accueil, pour ses automobiles et pour son personnel sympathique.

Crédit photos : Milo Pix / Motion-Car

 

SECMA F16 TURBO Cabriolet 2 places, caractéristiques techniques :

 

Moteur et transmission

Cylindres 4 en ligne, 16s, turbo
Cylindrée (cc) 1 598
Alésage (mm) 77,0
Course (mm) 85,8
Puissance max. (ch) / trs/m) 205 / 5 500
Couple max. (Nm / trs/min) 285 / 1 750
Régime maxi (trs/min) 6 800
Classe d’émissions Euro 6
Position Centrale arrière
Transmission AR avec boîte 6 + MA

Performance

Acceleration 0-100 km/h (s) 4,8
Vitesse max. (km/h) 240

Consommation *

Urbain (l/100km) 8,3
Extra-urbain (l/100km) 4,8
Mixte (l/100km) 6,2
CO2 émissions (g/km) 139
Capacité du réservoir (l) 26

Roues et pneus

Equipement d’origine Jantes en alliage d’aluminium
Avant 195/50/R15
Arrière 215/45 R16 ou 225/45 R16

Dimensions

Longueur (mm) 3 182
Largeur (mm) 1 735
Hauteur (mm) 1 165
Empattement (mm) 2 320
Porte à faux AV (mm) 557
Porte à faux AR (mm) 305
Capacité du coffre (l) 200
Capacité du réservoir (l) 26

Masse

Masse à vide (EU) (kg) 657
Répartition AV/AR (kg) 247 / 410
Rapport poids/puissance (kg/ch) 3,2

 

* selon la directive UE.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE