Home A LA UNE Drivers Days 2019, le printemps est de retour
Drivers Days 2019, le printemps est de retour

Drivers Days 2019, le printemps est de retour

0

Du soleil et des bagnoles pour les Drivers Days 2019

Et dire que j’ai failli rater ça… heureusement, Instragam était là pour me sortir de mon oisiveté dominicale du samedi…

Comme le weekend peut être terrible surtout par une météo pluvieuse. Afin de combler mon ennui profond en de tels moments, je me plonge sur Instagram à la recherche d’un rayon de soleil. Soudain tout s’éclaire, je découvre les Drivers Days 2019 grâce au compte de mes amis de Volante Automotive.

Drivers Day 2019
Drivers Day 2019

Premier réflexe, je regarde où cela se passe. Bien entendu, il n’est pas question de parcourir 300 kilomètres pour un événement dont c’est la deuxième édition. On ne sait jamais, il pourrait n’y avoir que trois pelés et un tondu. Je constate que tout se déroule à Nieuport chez nos amis belges. Fantastique, c’est juste au bord de mer et pas très loin de Lille.

C’est décidé, j’y fonce !

Promptement, je monte donc dans mon véhicule de fonction, un break SAAB 9-5- de 2006 qui ne fera de concurrence à personne sur place.

Direction Nieuport. Au fur et à mesure, le vent forcit mais la pluie s’en va. J’espère arriver à temps pour voir quelques autos en cette fin de journée du samedi.

En effet, les Drivers Days 2019 s’écoulent sur 2 jours, les 27 et 28 avril. Cependant le programme du premier jour fait la part belle aux voitures électriques et aux Dream Cars. Une balade dans la campagne de la côte occidentale est organisée pour tout ce beau monde. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais j’ai parlé de voitures électriques…

Des voitures branchées pour changer

Hé oui, cette nouvelle race d’engin a elle-aussi droit d’être mise à l’honneur.

Jusqu’à présent je ne m’étais jamais précipité pour voir des batteries sur quatre roues. On peut dire que c’est le début… En conséquence, j’arrive au rassemblement de cette fin de journée. Grosse surprise, il doit y avoir une erreur… une Mercedes SLC branchée à une prise de courant.

Mon cœur vacille.

Définitivement, ce n’est pas une erreur. Il s’agit d’une conversion que certains appelleront sacrilège. Malgré toutes les remarques possibles, j’avoue que l’implantation d’un moteur électrique et des batteries sous le capot est plutôt réussi. Le style de l’auto très années 1970 n’est pas dénaturé. De ce fait, cette Mercedes côtoie des ZOE de Renault, des Tesla Model S, Model X et Model 3. Il y a même un roadster Tesla, celui par qui tout a commencé en quelque sorte.

Lamborghini LP 580 spyder
Lamborghini LP 580 spyder

Pour les Dream Cars, pas de prise de courant ! Elles fonctionnent au sans plomb et ça s’entend. La nouvelle Bentley Continental GT fait ronronner son V12 à côté des Porsche 911 Turbo, Targa ou GT2 RS. Plus loin, j’admire une Lamborghini LP580 Spyder qui n’a absolument rien à voir avec le 4×4 Urus lui faisant face. Dans la série des SUV imposants, Audi est ici en force avec les derniers Q8 et E-Tron. Le lien de parenté entre les deux semble tout de suite évident.

Des Porsche, des Porsche et encore des Porsche…

Dès le samedi, je constate que le constructeur de Stuttgart est très présent durant ces Drivers Days 2019.

Même constat le dimanche avec les anciennes. Je me remémore quelques souvenirs agréables de 911 Targa avec un parfait exemplaire en version Carrera 3 litres. Une pièce rare dont la production en Targa ne dépassa pas les 1 123 unités…

Ainsi, le dimanche est consacré aux anciennes. C’est à leur tour de filer sur les routes flamandes. Outre, l’arrêt dans un endroit Top Secret que je ne vous dévoilerai pas même sous la torture, nos belles autos pouvaient profiter d’un lavage gratuit dans un centre de lavage. De quoi les rendre encore plus pimpantes pour l’arrivée sur la plage de Nieuport.

Non, je ne dirais jamais qu’il y a une base aérienne militaire à Coxyde où les Drivers Days 2019 ont fait une halte… c’est Top Secret.

Porsche 935 Moby Dick, Drivers Days 2019
Porsche 935 Moby Dick, Drivers Days 2019

Avant que tout les concurrents ne soient là, un espace pour le concours d’élégance permet d’admirer the best of the show… une Porsche 935 aux couleurs de Martini et au numéro 41, comme celle du Mans 1977. Avec une puissance allant de 600 chevaux à plus de 800 et un gros turbo KKK, la 935 fut la terreur des circuits. Durant une bonne décennie, son surnom de Moby Dick en disait long sur cette automobile.

Pour tous les goûts

Agréablement surpris, je constate l’éclectisme du plateau.

Ici, il a la possibilité de croiser une BMW M3 E30 des années 1980 ou une AC Cobra des années 1960. De même, une Mercedes SL w129 prend le départ du rallye tout comme une Delahaye 135M cabriolet.

Pour revenir sur des véhicules rares ou que nous ne croisons plus, je contemple admiratif :

  • une Ferrari 208 Turbo, moteur V8 de 2 litres produites à 437 exemplaires pour le marché italien uniquement
  • une Porsche 911 Turbo cabriolet de la série G
  • une Corvette ZR1 des années 1990
  • une Mercedes 500 E au V8 de 326 purs-sangs, monté chez Porsche
  • une Citroën DS21 cabriolet, aux lignes fluides et magnifiques
  • une Lancia Delta Integrale, LA voiture des rallyes des années 1980 et 1990
  • une Porsche 916 aux couleurs Martini, ne l’appelez pas Volkswagen par pitié
  • une De Tomaso Pantera GT5-S,une bête italienne au cœur américain
  • Etc.

L’énumération de toutes les autos est bien trop longue. Simplement, je regrette de ne trouver ni sur le web ni sur place une liste des engagés. Ce serait un petit plus bienvenu pour la prochaine édition.

Ma préférence à moi

Afin de vous faire saliver, je vous donne mes coups de coeur de ce weekend.

Première de toute, et à raison car elle a gagné le concours de la plus belle restauration, il s’agit de la Maserati 3500 GT Spyder Vignale de 1961. Pourquoi? Parce que c’est une Maserati ! Son 6 cylindres la propulsait jusque 220 km/heure dans une sonorité envoûtante. Prenez le volant d’une Maserati une fois dans votre vie pour comprendre.

Ensuite, je suis tombé sous le charme de l’Aston Martin V8 Vantage dans une livrée ressemblant au Divine Red actuel. Cette couleur bordeaux foncé est totalement en accord avec son intérieur clair. J’adore !

Pour en finir avec mes préférences, je souligne la présence d’une peu banale Porsche 964 30ième anniversaire. Certes, je ne raffole pas des 911 en général, sauf exception et cette 964 en est une. Tout d’abord, vous n’en trouverez que 911 exemplaires numérotés si tout va bien. Elle possède l’option Turbolook et date de 1993, année du passage à la 993. On peut dire qu’elle cumule les spécificités.

Par excès de gourmandise, j’ajoute une Alvis 4.3 litres Vandenplas cabriolet. J’arrête là sinon on n’en finirait plus.

Drivers Days 2019 sur la bonne voie

En conclusion, les belges nous gâtent… avec le Zoute Grand Prix sur la côte au nord en automne et les Drivers Days au printemps sur le sud de la côte.

Si cette manifestation n’en est qu’à ses débuts, il y a fort à parier qu’une longue histoire commence. Désormais en avril, il faudra prévoir de se rendre à Nieuport pour se faire du bien au moral. Premièrement parce qu’il y fait toujours beau… secondement pour admirer des automobiles très variées ou vice-versa.

Malheureusement, aujourd’hui nous sommes samedi, il pleut. Je retourne sur Instagram.

Les Drivers Days 2019 en photos :

Je tiens à remercier Herrfrederik pour son accueil ainsi que Jonasis, les deux bosseurs de Volante Automotive. La prochaine fois, on se prend un café 😉

Inscription à la Newsletter

Motion-Car, le média auto de Lille et des Hauts-de-France

Adresse e-mail non valide
Désinscription à tout moment

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE